jeudi 4 août 2011

J'aimerais tant avoir une grossesse normale

Bonjour a toutes,

ça m'a fait tellement de bien de lire les témoignages sur ce blog.J'ai eu trois grossesses, et trois fois, j'ai souffert de ces vomissements. A chaque fois, hôpital, incompréhension des autres, souffrance psychologique, l'impression de devenir folle....C'est tellement dur de me remémorer tout ça.

J'ai eu deux magnifiques petites filles suite à mes deux premières grossesses, mais pour la troisième, le bébé est mort un peu après la 14ème semaine :-( En fait, un jour, je me suis réveillée, et mes vomissements avaient disparus, je n'avais pas été malade de toute la nuit, je me sentais pleine d'énergie, je me sentais revivre. J'ai passé une semaine comme ça, en super forme, et puis un dimanche matin, un peu de sang, mais mal nul part, je vais à l'hôpital pour vérifier que tout va bien, et là, on découvre que le cœur du bébé ne bat plus, et que d'après les mesures, il est probablement mort depuis quelques jours. J'en ai conclu que le jour où je me suis sentie si bien, c'est parce que le bébé était mort, et que donc l'hormone de grossesse avait chuté. Dur. Souffrir le martyre pour que ça ne donne rien.Ca s'est passe l'année dernière, en octobre.

Maintenant, avec mon mari, on commence à parler de refaire un essai, car on voudrait vraiment un bébé ensemble (les deux premiers enfants sont de mon premier mari).Lui est prêt à subir les difficultés, car ça a été très difficile pour lui également, mais moi j'ai tellement peur. A la peur d'être malade, vient maintenant la peur de perdre mon bébé une fois de plus. Et en fait, ca peut paraitre horrible de dire ca, mais je pense que j'ai plus peur d'être de nouveau malade, que de perdre le bébé.C'est tellement dur à supporter, je me souviens tellement bien de tout. De ces nuits à l'hôpital, du noir, des médecins persuadés que le problème va être réglé par l'isolement dans le noir au bout de quelques jours, ces personnes qui ne comprennent pas comment on peut être si malade, et qui se demandent si on exagère pas ... Les personnes qui se demandent si on veut vraiment du bébé... OUI!

Lors de ma toute première grossesse, après une conversation avec une infirmière à l'hôpital ou je suis restée un mois, j'ai failli décider d'avorter. Lorsque j'en ai parle à ma maman, elle a accouru auprès de moi, et n'a plus bougé de la chambre jusqu'a ce que je rentre à la maison.
Le médecin ne savait plus quoi faire. Au bout d’un moment, on ne savait plus où me mettre les perfusions. Mes veines n’étaient plus assez large. Un médecin m’a dit texto « madame, si vous continuez comme ca, on va devoir vous mettre une voie centrale ! »

Je me souviens de ces nuits ou je mangeais comme un petit animal, les quelques morceaux de melon et de pastèque sur une assiette, que mon mari m'avait préparé au cas ou je pourrais manger. En général ca restait dans mon estomac. J'arrivais à garder ce que je mangeais la nuit, mais c'était de très petites quantités. Il était tellement content le matin, quand il voyait que j'avais pu manger et garder deux morceaux de melon, et trois de pastèque...Je me souviens de ces trajets de 30 kilomètres ou je souffrais le martyre dans la voiture, la tète au-dessus d'un sac, a vomir du crachat et de la bile, en route pour l'acupuncteur. J'ai fait je pense 10 séances, mais cela n'a rien changé. J'avais mis beaucoup d'espoir là-dedans, parce que je n'avais pas essayé lors de mes 2 premières grossesses.Je me souviens aussi de ces nuits à l'hôpital, ou je faisais des cauchemars - en fait je ne sais même pas si j'étais éveillée ou si je dormais - je rêvais de paysages en feu, dévastés, d'hommes qui courraient dans tous les sens, j'avais l'impression de devenir folle.A l'hôpital, j'avais l'impression que tous les bruits étaient très forts, plus que normalement. Je ne supportais plus les bruits, je les reconnaissais tous. Le bruit de la machine dans laquelle ils mettaient les diners, qui ne m'étaient pas destinés, et que j'aurais tellement voulu manger, le bruit des pas des personnes qui allaient rendre visite à une dame qui avait accouché (j'étais dans le service maternité), le bruit desnouveau-nés qui pleuraient, les infirmières qui discutaient entre elles...J'en voulais à tout le monde d'être dans un état normal. J'avais l'impression que ma vie s'était arrêtée. Je m'imaginais simplement en train de marcher dehors, en train de rire, en train de travailler, des situations de la vie quotidienne qui me paraissaient tellement loin et inaccessibles.J'ai parlé beaucoup à mes bébés, à chaque fois. Je leur disais que rien n'était de leur faute, et qu'ils ne devaient pas souffrir, que ca allait passer.

Je me souviens des attentes dans la salle du gynécologue, je ne pouvais même pas tenir assise sur la chaise. Tout le monde me regardait en se posant des questions. J'étais persuadée que les autres femmes enceintes devaient probablement se dire "allez quoi, quelques nausées de grossesse, c'est quand même pas si terrible, il ne faut pas exagérer"Aucun médicament n'a eu d'effets. J'ai essaye Postadoxine, Primperan, Motilium. J'ai eu aussi du Primperan en injection tous les matins, à chaque fois vers le 3ème mois de grossesse, et la ça a commencé à aller mieux, mais je ne pense pas que ce soit grâce au Primperan.C'est vrai que j'ai "la chance" de ne souffrir de ces vomissements que jusqu'à environ 4 mois de grossesse. Apres, ça passe, je ne vomis plus, le seul problème que je garde est un gros problème d'acidité dans l'estomac et de brulant. Ca reste jusqu'a l'accouchement. C'est embêtant, mais beaucoup plus facilement supportable que l'autre problème.

Lors de ma troisième grossesse, j’ai eu un problème que je n’avais pas eu lors de mes deux premières grossesses : l’hyper salivation. En fait, lorsque j’ai commence à aller mieux et à garder la plupart de mes repas, ma salivation ne s’est plus arrêtée. Je devais en permanence avoir un bol près de moi dans lequel ma salive s’écoulait. La nuit, je devais dormir avec un essuie contre ma bouche, laisser ma bouche ouverte pour que la salive s’écoule. J’ai fini par mâcher du chewing-gum tout le temps, même la nuit.

Ce que j’ai trouve particulièrement difficile à vivre durant ces quatre premiers mois de chaque grossesse, c’est le fait d’être complètement déconnectée de la réalité et de la vie. J’avais le sentiment de ne plus faire partie de ma vie. C’est dur à expliquer, et je me demande si d’autre parmi vous ont ressenti ça. Le fait d’être au lit tous les jours, toute la journée, et d’entendre ce qui se passe dans la maison sans pouvoir y participer. Entendre les filles qui se préparent avec ma maman pour aller à l’école. Entendre ma maman parler avec mon conjoint. Entendre les bruits de la cuisine, du salon, de la salle de bain. Entendre les filles qui rentrent de l’école, et demander si maman va mieux et si elle est toujours au lit …Je me souviens encore de la cloche de l’église. Je n’y avais jamais fait attention en temps normal. Mais durant ces moments, je l’ai entendue sonner toutes les demi-heures et heures. Je ne voulais plus l’entendre. Je ne supportais plus l’entendre.
C’est fou comme on prend conscience durant ces moments, de toutes ces choses que l’on fait sans y penser dans la vie courante.

Si encore j’avais pu lire. J’adore lire. Mais quand je suis dans cet état, c’est impossible. Je suis enfermée dans mon corps, avec mes pensées.

J’aimerais aussi savoir si au niveau du mal physique, vous avez ressenti la même chose que moi. Je n’ai pas vraiment eu mal au ventre lors de ces périodes. Le mal se situe plus au niveau de la poitrine, du thorax. C’est très difficile à décrire pour moi. C’est comme si quelque chose s’était resserré dans ma poitrine, et ne voulait plus s’ouvrir. C’est vraiment une sensation difficile à expliquer. Et à chaque fois, c’est venu d’un coup. Toujours vers la 4ème semaine. La dernière fois, j’étais au travail, puis dans la matinée, j’ai senti comme quelque chose qui se serrait dans ma poitrine. J’ai reconnu la sensation tout de suite. Je me suis dit, ca y est, c’est reparti. J’ai été dans les toilettes, parce que j’avais l’impression de devoir vomir, mais rien ne venait. J’ai essaye de me faire vomir, mais rien ne sortait. J’avais l’impression que vomir me ferait du bien, mais en fait il n’en est rien, ça ne change rien. Je me suis assise par terre, contre le mur du wc et j’ai commence à pleurer. Je ne voulais pas que ca recommence. Pourquoi à chaque fois ? Pourquoi je ne mérite pas une grossesse normale ?

Je ne supporte pas l’odeur des wc. Etre en contact tellement étroit pendant une longue période avec des cuvettes de wc fait qu’à chaque fois que je vais aux toilettes, j’y pense. A ces moments où penchée sur la cuvette, je vomissais en pleurant. Ces moments ou j’avais juste des spasmes, mais rien ne venait. Ces moments où, sortie de mon lit trop tard, je n’arrivais pas à temps pour vomir, et je vomissais tout par terre et dans mes mains. Ma maman nettoyait tout. Ca me dégoute d’en parler.

Je me rends compte que je pourrais en parler encore et encore. Tellement de souvenirs, tellement d’anecdotes. Tellement de choses que j’aimerais partager avec quelqu’un qui sait de quoi je parle, qui l’a vécu.

Merci d'avoir fait ce blog.

Natacha

38 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je n'en suis pas à ce point mais presque, je suis traitée avec du largactil qui me rend comme une loque. Je passe aussi ma vie dans mon lit, à écouter les gens vivre autour de moi et je ne supporte plus tout ça. Je voudrais tout arrêter, faire une ivg mais je n'ai pas le courage d'aller jusqu'à l'hôpital pour ça. Comment avez vous été hospitalisées vous toutes ?

    RépondreSupprimer
  2. Natacha comme je me reconnait dans ton récit moi les vomissements ont duré 8 mois enfin non 7 paske a chaque fois j'ai fini par etre déclenché. Je ne supporte pas que mes filles vomissent je ne supporte toujours pas la vue d'une femme enceinte en pleine forme, ca me fait vraiment trop mal. Je trouve ca très injuste.
    Peppi perso à chaque fois ils m ont hospitalisé pour deshydratation voire pour la dernière dénutrition.

    RépondreSupprimer
  3. Peppi,
    tiens bon, c'est tout ce que je pourrais te dire ... le gyneco ne pourrait-il pas changer ton medicament? si tu es en France, peut-etre connait-il le donormyl? je n'ai pu l'essayer, car j'habite en Belgique, et je ne connaissais pas ce medicament avant d'arriver sur ce blog, et de faire des recherches sur le net, mais peut-etre que ton gyneco en a entendu parler, et pourrait se renseigner? D'apres toutes mes recherches jusque maintenant (je me ocnstitue un gros dossier en vue d'une quatrieme grossesse), il semble que le melange Donormyl + Vitamine B6 soit efficace contre l'hyperemesis gravidarum.
    Lors de mes trois grossesses, j'ai ete hospitalisee pour deshydratation et carences, puisque je ne pouvais plus ni m'alimenter ni boire ... Pour la premiere grossesse, un mois d'hopital et pour les deux autres 1 semaine. Il m'est tres difficile de trouver des paroles de reconfort pour toi, parceque je sais ce que tu ressens et a quel point tu souffres. Chaque fois que quelqu'un me disait: courage, ca va passer, je me disais dans ma tete que c'etait facile a dire, que cette personne ne savait pas ce que j'endurais ... et pourtant oui, c'est passe. Mais a quel prix ... On reste marquee a vie de cette experience. Mais quand tu tiendras ton bebe dans tes bras, tu vas l'aimer! Meme si tu ne vas pas oublier par ou tu es passee, ca vaut la peine de t'accrocher. Tu en es a combien de semaines de grossesse? Comme je dis dans mon temoignage, moi j'ai eu "la chance" que ce probleme ne dure que les quatre premiers mois. Apres, a part une sensation de brulant, embetante mais supportable, tout s'est bien passe, si ce n'est la fausse couche a la troisieme grossesse, dont je me remets petit a petit ... N'hesite pas a venir te confier sur ce blog, je pense que tu y trouveras toujours des paroles reconfortantes de nous toutes qui sommes passees par la ...
    Tiens bon!

    RépondreSupprimer
  4. Delphine, bravo pour ton courage.

    RépondreSupprimer
  5. J'en suis à deux mois de grossesse. Au mieux j'en ai encore pour un mois de nausées, au pire, je n'ose pas y penser.
    Je récupère mon premier garçon demain soir, il était chez ses grands parents en vacances, je me demande comment je vais faire pour m'occuper de lui dans cet état. C'est ma deuxième grossesse, pour la première j'ai eu quelques nausées mais rien de grave et là j'en suis réduite à ça...
    J'ai peur de ne pas y arriver, je voudrais tout laisser tomber et mourir, c'est ce que je me dis souvent.

    RépondreSupprimer
  6. Alors on va penser au mieux, et on va essayer de se dire que tu en as encore pour un mois. Le mieux est de vivre au jour le jour, et de voir les choses a court terme ... Il faut arriver a te rebooster psychologiquement. Es-tu bien entouree? Qui as-tu dans ton entourage pour t'aider? Ta maman? des amies? Moi j'ai toujours du mal a deleguer, mais dans ce cas, je n'ai pas eu le choix, et j'ai eu la chance d'avoir une maman disponible, et qui est restee aupres de moi pour s'occuper de mes deux filles pendant ma troisieme grossesse. Quel age a ton garcon?
    Je ne suis pas psychologue, et je ne pretend pas arriver a te "sauver", mais si tu penses que ca peux t'aider, on peut en parler de vive voix si tu veux. Ne laisse pas tomber, courage.

    RépondreSupprimer
  7. Malheureusement je n'ai pas grand monde dans mon entourage. Ma mère et mon père vivent tous deux en province, loin de chez moi et ne sont pas disponibles pour venir m'aider. Mes beaux parents pareil. Pas spécialement d'amies non plus, dans ces moments là on se rend compte qu'on en a peu. Alors il me reste mon ami, mais il travaille et les nounous de mon fils, car je suis obligée de le confier à des nounous, je ne pourrai pas m'en occuper seule.
    Voilà, je suis complètement déprimée en fait, je ne pensais pas que ce serait comme ça, pour le premier je n'ai eu que quelques nausées tout à fait gérables.
    Mais merci beaucoup pour ton aide, je suis très touchée.

    RépondreSupprimer
  8. De tout coeur avec toi Peppi. Comme je l'ai dit, n'hesite pas a prendre contact avec moi. Je viendrai frequemment sur le blog pour prendre de tes nouvelles. Je t'envoie plein de pensees et de courage, surtout, essaye de prendre soin de ton moral avant tout. Parles-en avec ton ami. Et ne culpabilise pas pour ton fils, tu n'as pas le choix.

    RépondreSupprimer
  9. A la pharmacie elle me propose d'essayer le dogmatil (je précise qu'il m'en reste d'un précédente dépression), normalement ça fonctionne bien dit elle. Qu'en pensez vous ? L'avez vous déjà essayé, moi j'en ai déjà pris mais pas du tout pour ça et ça s'était super bien passé, je le tolérais super bien, pas du tout comme ce largactil. Je ne sais pas quoi faire ??? J'ia bien envie de le faire et en même temps j'ai la trouille ce n'est pas mon médecin qui me l'a marqué...

    RépondreSupprimer
  10. Peppi je te comprends à 200% je n avais pas de familles et d amis a me soutenir. Ce n est pas facile et tes interrogations me parlent énormément. J'ai cru mourrir pour avoir mes enfants. Maintenant je n ai pas de regret mais comme le dit Nat je resterais marqué à vie par cette épreuve. Si tu as besoin je serais là aussi. Faut pas rester toute seule. Moi j'avais parfois meme plus la force de parler mais le besoin de se sentir comprise est plus fort que tout. Et ici on te comprends toutes et on sera toujours là pour t'aider, t'écouter et te soutenir.
    Je ne connais pas le dogmatil perso j'ai été traité par largactyl (qui m ensuquait grave) et pour la troisième zophren avec lequel je trouvais un meilleur equilibre.

    RépondreSupprimer
  11. Peppi, pourquoi ne parles-tu pas du Donormyl avec ton gyneco? D'apres mes recherches effectuees sur Internet, et de nombreux temoignages sur ce blog, ca semble etre une bonne solution. Ce medicament est en vente libre, mais il faut en parler avant avec ton medecin. Il semble que plusieurs hopitaux francais, dont l'hopital Paule de Viguier a Toulouse l'utilisent dans le cas des vomissements gravidiques, bien que ce soit un somnifere (antihistaminique) a la base, et pas un medicament contre les nausees et vomissements. En ce qui concerne le Zophren, cela semble bien fonctionner egalement, c'est normalement un medicament que l'on donne contre les nausees et vomissements aux personnes atteintes de cancer, qui font de la chimiotherapie. Comme ce medicament est plus fort, et qu'on connait moins bien les effets sur les femmes enceintes et foetus, compare au Donormyl, il semble qu'on prefere prescrire d'abord le Donormyl.
    A bientot, courage.

    RépondreSupprimer
  12. Mais le donormyl j'ai déjà essayé ça ne me fait rien du tout c'est très bizarre car ça semble si bien marcher sur tant de femmes ! Le zophren il faudrait que je trouve un médecin pour m'en prescrire mais il vient de partir en vacances pour 15 jours et je n'ai pas la force d'aller en voir un autre, tout réexpliquer, me trainer jusque dans une autre salle d'attente...
    Je continue d'essayer le dogmatil on verra.

    RépondreSupprimer
  13. Peppi je te rassure le donormyl m'a peu soulagé.
    Le zophren certain le donne d autres non, renseignes toi bien.
    Je te souhaite que ca s apaise.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour...En cherchant sur internet de l'info sur l'hyperemese gravidique, je suis tomber sur ce blog... Je viens du Québec, et je vis la même chose. Ma fille a maintenant 13 mois et j'ai été atrocement malade, mais heureusement que durant 1 mois 1/2...si ca avait été plus long..je pense que je m'en serait pas sortie ...Je suis présentement enceinte de 4 semaines et demi et j'appréhende la 5 ième semaine ou ca commencer les 2 autres fois (fausse couche avant ma fille). Malheureusement les femmes qui sont malade a ce point, le sont a toutes leur grossesses... Je fais des séances d'acuponcture, je fais beaucoup d'exercices et j'essaie de rester positive...On verra bien ce que ca donnera..Quand on est dans cet état, la vie ne vaut plus rien, pour moi, ce fut l'enfer. Il ne pouvaiut rien m'arrive de pire...C'est triste que les gens de connaisse pas cette 'maladie'...il y a beaucoup de préjugé..heureusement , les médecins et infirmieres qui se sont occupés de moi connaissait bien la 'maladie'...

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour à toutes, comme je suis heureuse de vous lire.
    Je vis ma 1ère grossesse, j'attends un bébé pour la mi-mars, je suis à environ 7/9 semaines (je ne sais jamais quel nombre des deux je dois donner) et depuis trois-quatre semaines, je souffre de nausées et vomissements sans presque aucune période de "repos" dans la douleur durant la journée, sauf quand je dors.
    Au début, Primpéran + manger le matin au lit faisaient un effet. Depuis une semaine et demi, plus rien ne marche, et je ne prends plus rien. Entre 4h et 8h du matin, mon corps veut vomir alors que mon estomac est vide. J'ai l'impression que ça me soulage de vomir, donc parfois j'essaye de le provoquer quand ça ne vient pas mais ça marche moyennement.
    Mais j'ai la chance de garder mes repas du midi et du soir et de ne pas perdre de poids. Quand les vomissements sont finis (fin de matinée), j'ai des nausées constamment jusqu'au soir.
    Mais quel cauchemar, je n'ai plus aucun plaisir à manger, je me force, plus rien ne me fait envie, je crains de prendre le tram, la voiture, de ne pas tomber à temps sur un WC... je me force à aller travailler, parce que je déprime seule chez moi et j'ai l'impression d'avoir encore plus mal.
    Comme nous ne sommes pas encore au seuil fatidique pour annoncer la nouvelle, je ne l'ai confiée qu'à une seule amie et je me sens extrêmement seule dans la gestion de ce problème. Je pleure beaucoup, je pense peu au bébé à venir, et je culpabilise. Quand je me couche, je sais que le lendemain ça va recommencer, et je me demande comment je vais arriver au bout de la journée suivante. Mon mari est adorable mais ne peut faire quoi que ce soit pour m'aider.
    Je n'ai jamais imaginé qu'un début de grossesse était si douloureux. Aucune de mes amies ne m'en a parlé en ces termes. J'ai été tellement surprise quand ça a démarré. Et je n'arrive pas à me dire que cela va cesser un jour.
    Je manque de tonus, je ne fais plus d'activité en dehors de mon travail avec mes ami(e)s, en bref, je suis déprimée.
    Je vous remercie pour vos témoignages qui me montrent qu'il y a peut-être une fin dans ces douleurs, et que certaines d'entre vous vivent une situation bien pire que moi.
    Je vous souhaite plein de courage et pense à vous.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Peppi, comment vas-tu? Est-ce que tu as passe le cap? Plein de pensees pour toi!

    Message pour Anonyme: courage, ca finira par passer, c'est sur! Continue d'aller travailler si tu en as la force, afin de ne pas etre coupee du monde pendant ces moments difficiles. Vis a ton rythme, certains jours seront peut-etre moins difficiles que d'autres ... Je t'envoie plein de courage.
    Natacha

    RépondreSupprimer
  17. Le cap n'est pas encore passé, je tiens le bon bout mais j'ai encore des nausées et surtout des angoisses. Je prends du seresta depuis quelques jours et j'ai l'impression que ça m'aide, j'ai envie de dormir mais j'ai réduit le largactil et je suis moins assommée. Je ne sors toujours pas de chez moi, j'ai une fête de famille samedi, j'aimerais pouvoir y aller mes efforts vont en ce sens. Je viendrais donner de mes nouvelles.

    RépondreSupprimer
  18. un petit coucou à vous toutes et un petit encouragement d'une ancienne du blog. Si vous voulez plus de renseignements sur les molécules existantes ou poser des questions à celles qui sont à l'origine du blog vous pouvez aussi venir discuter avec nous sur le forum des maternelles
    http://forums.france5.fr/lesmaternelles/Sante/Nausees/vomissement-grossesse-nausees-sujet_346_43.htm

    vous y trouverez aussi du monde pour vous écoutez et vous comprendre. En tant qu'ancienne, on ne pense pas toujours à venir ici pour discuter avec vous car pour la petite histoire, tout à démarrer sur le forum des maternelles et ont a décider ensemble de créer ce blog qui nous sert plus à rescencer nos histoires, un peu comme si on écrivait un bouquin collectivement. Mainteanad si vous êtes bien ici, rien ne vous empêche d'y rester.
    Bon courage à toutes, ce ne sont pas des moments faciles.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour à vous les filles.
    J'ose enfin écrire sur ce blog car l'histoire de Natacha ressemble énormément à la mienne. J'ai connu ce blog en avril quand j'ai perdu mon bébé à 4 mois de grossesse. J'ai 2 enfants, et j'ai subi les mêmes désagréments que vous. La troisième était identique. J'ai perdu le bébé à la clinique où j'avais passé déjà 4 semaines. Ça a été très dur, car comme pour vous incompréhension de l'équipe médicale. Je suis passé par le primperan, le largactil, les séances d'acupuncture, le psy. Rien n'aidait surtout pas le psy qui voulait absolument trouvé quelque chose qui clochait et ne m'écoutait pas. Souffrir autant pour rien... c'est très dur. Je ne m'en remets toujours pas. C'est dur de devoir se justifier, d'expliquer que cette maladie existe bien et que l'on n'est pas une chochotte ou qu'on voulait vraiment le bébé. Car oui, ce n'est pas un déni de grossesse ou autre et c'est dur de faire comprendre ça. Tout est dur car on est seule même si la famille nous aide, on voit bien dans leurs yeux qu'ils ne nous comprennent pas. Je ne sais pas si la fausse couche est liée à cette maladie mais moi aussi j'ai peur de vivre encore cette maladie et j'ai peur de perdre encore un bébé et oui j'ai plus peur de cette maladie que de la fausse couche (je te comprends Natacha). J'écris et je pleure donc je vais arrêter là.
    Courage à toutes celles qui vivent ça et c'est vrai que ça vaut le coup (mes enfants sont tous pour moi). Fehima

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,

    Je suis une "ancienne", Maman de 2 enfants, de 9 et 3 ans, hyperemesis pour les deux grossesses (ce qui explique aussi le délai entre les deux naissances...)
    Oui, Natacha, j'ai vécu la même chose que toi, ce que tu décris tellement bien, cette sensation d'être en dehors du temps, en dehors de la vie. J'avais le sentiment qu'on m'avait volé ma vie.
    Oui, on a envie que ça se termine, jusqu'à avoir envie de mourir, et c'est l'amour des autres qui vous raccorche à la vie.
    Oui, c'est injuste, cette totale incompréhension, venant aussi (et beaucoup) du corps médical.
    Mais on s'en sort !
    Mes enfants vont bien, et c'est un tel bonheur de les voir vivre. Ca vaut le coup, vraiment.
    Accrochez vous à ça, minute par minute, au jour le jour, dans vos moments de désespoir. Ca fait tenir le coup.
    Je pense bien à vous,

    Florence

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour, les filles!
    Je suis enceinte de deux mois, et vos témoignages m'ont ému. C'est ma première grossesse, et je suis mal depuis un mois. Je vomis tout le temps. Je ne garde rien.
    Je suis enfermée chez moi seule.Je suis en arret de travail. je pleure de me sentir dépouillée de ma vie. Personne me comprend. On m'a même dit que j'exagérai. La famille de mon mari m'a appelé pour me dire qu'il fallait pas que je prenne de médicaments car j'allais mettre en danger mon bébé. J'ai tout de même pris tout ce que mon médecin m'a prescrit: primpéran, peridys, vogaléne. Rien n'a marché.
    Je suis allée aux urgences car je n'arrivais plus à me lever, et que j'avais perdu 2kg en 2j. La femme de l'accueil m'a dit: " c'est normal de vomir quand on est enceinte". L'interne de gynéco m'a fait une echo, et m'a laissé seule sans me dire un mot pendant 2h. Je suis infirmiére, et j'ai été choquée.
    Il m'ont donné des suppo de primpéran ça a marché 2j.
    J'ai essayé tout les trucs de grnads mére rien ne marche.
    Je tiens le coup en me disant qu'à 3mois ça va s'arrêter. Merci de vos témoignages qui m'ont montré que j'étais pas seule.

    RépondreSupprimer
  22. Que cela fait du bien de venir sur ce blog, et de voir qu'on est - enfin - comprises ...!
    Je vais retenter une grossesse l'annee prochaine, avec beaucoup d'apprehension. Mais de savoir que je pourrai compter sur un soutien moral changera peut-etre un peu les choses ...
    Bon courage a toutes!

    RépondreSupprimer
  23. salut les filles moi c'est julie!
    Je suis a 6SA et je vomi, je salive et j'apreci les 3 secondes par jour ou je n'ai pas de nausee! ancienne emethophobe! j'ai toujours eu des souci avec le "vomi" mais mais là rien à voir avec une phobie! je suis malade, detendu mais malade comme tout! je suis une primipare! pas stresser d'acceuillir mon bebe mais deprimer de decouvrir que la grossesse c'est ça! rien que d'ecrir me demande un self controle! je suis epuiser, comme beaucoup d'entre vous mes proches pensent que j'en rajoute! sauf ma belle mere qui a vecu ça! ouf!!! pour le moment je n'ai essayé que le DONORMYL* mais pas efficace en même temps cela fait deux jours! on verra bien! en tout cas ce blog permet de soulager l'esprit! moi qui suit quelqu'un d'hyper active, me retrouver cloué au lit c'est dure! surtout que le premier mois etait geeeenial! bon ba merci pour vos info et le reconfort que ces temoignages apporte! du fond de mon lit j'attend sos medecin! on verra s'il me sauve de ma torture... bonnne journée a toute...
    PS: j'espere vraiment que bebe va s'accrocher.

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour,
    lire vos témoignages me fait sentir moins seule,je suis très touchée par vos récits et je vous comprends très bien puisque je vis la même chose.
    Je suis enceinte pour la première fois, et j'ai beaucoup redouté les vomissements incoercibles de la grossesse, et pas de bol , ils sont apparus il y a 15 jours,et plus le temps passe, plus ça empire...
    J'ai tout de suite pensé bizarrement " comment je vais faire pour les autres grossesses" sachant que je désire avoir plusieurs enfants.
    De plus , je ne suis qu'à un mois et demi de grossesse, donc ça risque de durer.
    Je m'alimente de moins en moins, je n'ai plus gout à rien faire, sortir de chez moi est devenu très difficile, je ne tiens pas debout.
    Ce qui me donne la force de patienter en ce moment, c'est que j'ai tout de suite pensé aux personnes atteintes de cancer qui font des chimio, et qui souffrent tout en étant gravement malade,
    moi je me dis que c'est pour la bonne cause, que c'est le signe que je vais avoir un bébé et donc un bonheur immense à venir.
    Je vois que malgré cette épreuve, beaucoup d'entre vous ont refait des bébés, donc le cerveau doit avoir la capacité de passer au-dessus du souvenir de cette expérience afin de nous donner la chance comme toutes les femmes d'avoir des enfants.
    Je pense aussi aux couples stériles, qui peut-être donnerait l'or du monde pour passer par là, parce que la finalité c'est le bébé, qui va nous faire oublier cette épreuve.
    Pour l'instant, je pense ainsi, et j'espère rester patiente le plus longtemps possible, car c'est tout ce que je peux faire pour m'aider.
    Le fait de venir vous lire est très aidant aussi, je relativise plus facilement, si j'étais la seule femme sur terre à vivre ça je pourrais parler d'injustice, mais on est nombreuses comme ça de par le monde.
    De plus, je me rassure en disant qu'au moins dans le pays où je vis on pratique la péridurale pour l'accouchement, ce qui m'aidera pour cette autre épreuve.
    J'essaie de me donner du courage, et de vous en donner, à celles qui me lisent, vous n'êtes pas seules, la chose la plus difficile dans la vie c'est de garder patience face aux expériences douloureuses, ça sera toujours ainsi.
    En ce moment plus que tout autre, je ressent une profonde humilité et un profond respect face aux mères du monde entier, on se rend pas compte ce que c'est de passer par là tant qu'on ne l'a pas vécu.

    Bon courage à toutes, que Dieu nous facilite la grossesse et l'accouchement.

    RépondreSupprimer
  25. A toi Natacha :

    Ce récit pourrait etre le mien,mais tellement de souffrance que je ne peux encore en parler, pourtant ma puce a aujourd'hui 16 mois. j'ai vécu cette grossesse avec tellement de violence et pourtant elle était tellement attendu...
    merci pour ce partage d'expérience qui m'aurait fait tant de bien à une période ou je me sentais si seule...
    merci pour ce blog et pour ton témoignage

    RépondreSupprimer
  26. bonjour
    je pleure en lisant vos commentaires !!j ai ne petite fille de 5 ans j ai vomis 9 mois vu des psy !
    je veux un autre enfant mais comment faire quand on en a deja un ? comment assume t on la vie de les jours?
    j ai cru aussi mourir a ma premiere graossesse et je m en veux tellement d avoir voulu tout arreter !J AI DIT DES CHOSES AFFREUSES A MON bebe quand j etais enceinte!!
    comment avez vous fait pour avoir le courage d en avoir un autre?
    aidez moi svp
    je vous souhaite bon courage

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour, ça me semble être mon histoire! Pour ma première grossesse, j'ai vomis pendant 9 mois, j'ai perdu 14kg... Aucun traitement n'a été efficace et en plus j'ai fait une réaction allergique au PRIMPERAN. L'enfer a continué le jour de l'accouchement: ma fille ne respirait plus! Elle a été intubée... Aujourd'hui, elle se porte à merveille heureusement! Mais il a fallu 4 ans à mon mari pour me convaincre de faire un autre bébé. Aujourd'hui, je suis enceinte de 2 mois, j'ai déjà perdu 7 kg et je suis au bout du rouleau physiquement et mentalement. Je vomis tous les 3/4 heures, aucun traitement ne marche. J'ai tenté l'acupuncture mais apparemment sans succès... Je ne sais plus quoi faire. Cette fois ci, c'est beaucoup plus difficile car je dois m'occuper de ma fille en plus même si mon mari m'apporte beaucoup de soutien, il travaille toute la journée! Je suis en arrêt depuis 1 mois. J'en peux plus qu'on me répète que c'est psychologique, que ce sont les "petits" désagréments de la grossesse... Merci pour ce blog et pour tous vos témoignages qui prouvent que je ne suis pas folle!

    RépondreSupprimer
  28. bonsoir,

    J'ai trouvé ce blog " par hasard" et cela me fais un bien fou . J'ai vécu mes 3 premières grossesses avec le même problème : vomir tout le temps , c'était horrible mais j'ai tenu bon !
    L'année dernière , nous avons décidé , avec mon mari , de faire un p'tit 4 ème . Les 5 premières semaines , géniales !! Il est vrai que je l'ai su qu'à la 5 SA .
    Aprés la première écho , je rentre toute contente , nous l'annonçons à notre entourage , ça n'a pas durer 2 jours que c'était repartit: nausées, vomissements à longueur de journée , perte de 5 kg en 1 semaine , hospitalisée sous perfusion de Primpéran , sous suppos de dogmatil , un autre médecin tous les jours qui disait le contraire de celui de la veille .
    Je change de Gynéco , celle-ci m'hospitalise et me mets sous perfusion de Glucose et sous Largactyl, 50 gouttes matin 50 le soir , super avec l'estomac vide, je suis même arrivée à en prendre 100 gouttes 2 fois par jour, aucun effet se rajoute la dessus : hypersalivation , 6 boutons d'herpès en une fois et le pire : mycose buccale dûe à l'assèchement de la bouche , cherchez pas à comprendre moi j'ai renoncé. Je ne voyais plus personne , ni famille ni ami(e)s , je m'enfermais dans ma coquille , parler m'étais difficile ,je ne regardais plus la télé ne lisais plus , ne répondais plus au téléphone , rien plus de vie sociale , j'ai passé 2 mois de ma vie comme un légume. Il y avait une super sage-femme qui me faisait de l'acupuncture , ceci marchait .....15 mn , elle n'était malheureusement pas Superwoman et ne travaillait pas 24/24 h.
    Au bout de 6 semaines de ce calvaire , ma décision fût prise : l'avortement , comprimés pris par voie orale , non sans me faire une écho avant en me montrant le bébé . A partir de cette seconde , plus de vomissements . Malheureusement je suis "tombée" sur la remplaçante de ma gynéco , une vieille chouette brutale sans aucune âme .
    Lé foetus une fois "parti" elle m'ausculte et veut enlever " les restes" à la force de ses bras , un calvaire , mais cela ne marche pas donc je passe au bloc le lendemain .
    J'en ai souffert longtemps, je ne pouvais plus passer dans un rayon bébé pendant des mois , en voir un était horrible , de plus ma cousine a eu le sien 2 jours aprés la date prévue pour mon accouchement , dans la même clinique
    Je songe quelques fois à retenter une grossesse mais j'ai peur , par contre j'ai lu pleins de témoignages positifs sur le donormyl , marchera-t-il vraiment ?? et si non ?? Je ne sais plus , mon mari serait d'accord de réessayer si il y a une garantie d'avoir au moins beaucoup moins de vomissements , je sais plus

    RépondreSupprimer
  29. J'en suis a ma 3 ième grossesse , mais 2 ieme bébé. Les 2 premieres fois, l'enfer durant 2 mois. Celle-ci, beaucoup moins pire! Qui aurait cru! Malade qu'une seule fois (je l'étais plusieurs fois par jours), j'ai eu mal au coeur 20/24 h mais rien comparer aux autres grossesses! Je pense que l'expérience m'a beaucoup aider, j'ai pris des médicament (ici le Diclectin) en partant, j'ai commenceer a manger beaucoup mais peu a la fois...j'ai acquerit quelques trucs donc...Et j'ai essayé l'acuponcture..Est ce que c'est l'acuponcture qui a tout changé? Je ne saurai jamais mais c'est pour vous dire que CA PEUT etre mieux pour les autres grossesses! Je ne dis pas que ce fut facile, mais comparer aux 2 autres....Voila! Si ca peut vous aider a prendre une decision...!

    RépondreSupprimer
  30. Nat,

    Comme je me reconnais dans ton long message.....C'est ma 3ème grossesse et je n'ai pas été aussi malade pou les 2 premiers. J'ai subi des vomissements gravidiques avec hospitalisation pour déshydratation avancée. Je n'ai jamais autant souffert de toute ma vie. On m'a soigné avec du primpéran et largactil (qui rend complètement à l'ouest) mais ils ont oublié de me dire que quand on l'arrête, c'est un antidépresseur (donné pour être aussi antivomitif), qu'on est déjà accoutumé. Donc à l'arrêt, je fais des crises d'angoisse, je suis dans un état de panique et la seule solution des médecins c'est de me donner un autre antidépresseur pour camoufler les effets du premier. mais je ne suis pas très motivée pour les prendre alors je vis avec cet état où je n'ai plus envie de rien, et n'arrive pas à grand chose. la côté positif c'est que je remange et ne vomis plus, c'est déjà pas mal!
    laurence enceinte de 15SA

    RépondreSupprimer
  31. bonjour les filles, je vois que vous discuté via les commentaires si vous avez un compte facebook j'ai ouvert une page dans la ligné du blog pour justement suivre de façon dynamique les discussions.
    Je vous rappelle aussi que vos témoignages compte beaucoup pour 9 mois avec ma bassine et que si vous voulez témoigner, vous pouvez m'envoyer votre message avec le titre et je le publie (pour cela il vous faut cliquer dans la rubrique "Contactez nous" )

    Nat je viens de lire ce qu'il t'arrive et je crois que le mot c'est "révolté" comment les médecins à ce jours ose rendre encore plus malade une personne, c'est honteux. Effectivement le Lagartil est un antiphychotrope et on me l'a aussi prescrit sauf que je ne l'ai pas pris, ce médicament est effrayant je trouve.
    j'espere que tu trouvera le courage de te sevrer.

    Je ferais un post sur les médicaments, on en a deja parlé avec Haricotmungo (via le forum les maternelles) pour mettre en garde sur les effets possible de certain médeicamement.

    RépondreSupprimer
  32. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour,

    Je voulais remercier Natacha et toutes les autres filles pour leurs témoignages car je suis passée par là moi aussi et c'est une vraie libération de savoir que cet état de souffrance porte un nom. Et même 2 ans après, savoir que je ne suis pas seule à avoir vécu cela, savoir que finalement je n'étais pas folle comme on a pu me le faire sous entendre (et là j'ai beaucoup de rancoeur envers le milieu médical !) tout ça me fait du bien et surtout me déculpabilise vis à vis de ma fille.
    J'essayerai de témoigner prochainement pour que la reconnaissance de cette maladie avance.

    Rébecca

    RépondreSupprimer
  34. bonjour, à toute, je voulais vous remercier pour tous vos témoignages car moi-même j ai vécu les mêmes situations que vous. Après 3 grossesses et trois hospitalisations. On m'a dit que ça se passait dans ma tête, durant mes hoospitalisations j'ai été isolé interdiction de voir mon mari ma famille !!
    Je suis "tombée" sur le blog par hasard étant enceinte de mon 4 ème enfants, et rebelotte nausées vomissement ect...je découvre le donormyl! après 9 mois d grossesses sans aucune hospitalisation (ouf) bébé est né 4kg500 cet été. Quand pourrons nous dire que les vomissements gravidiques sont une patholmogie à part entière et non psychologique!!

    RépondreSupprimer
  35. Bonjour,
    sa me rechauffe vraiment le coeur de savoir que je ne suis pas la seule , je suis enceainte a 4 mois et mes vomissement ne cesse pas , je me sens tout le temps malade fatiguer , le cracha c'est celui que j'ais detester le plus a gout amer dans la bouche tout le temps, mon mari na pas put supporter mes saute d'humeur ni que je soit tout le temps malade alors il est partie sans demander de mes nouvelles moi et le bébé mais dieu merci ya ma famille qui me soutienne , est surtout ma mére qui m'encourage , je ne sais pas si je serais une maman celibataire ou mon mari va ce manifester peut étre mais je dit a toute les mamans courage est tener bon dés que vous verais votre enfant vous oublierais tout

    RépondreSupprimer
  36. Enceinte de 9 semaines, nausées vomissements, 4 jours d hospitalisation, du primperan du donormyl qui aident avouons le , mais ce poids sur la poitrine que tu décris parfaitement qui ne passe pas et qui t enleve toute joie de vivre. L impression de ne plus être soit même mais un spectateur de son corps pris dans un étau qui ne se desserre jamais. Cette sensation me rends folle. Il est bon de lire que d autres l ont ressenti ça montre bien qu elle est réelle. Je suis dans l attente que cet étau passe pour pouvoir profiter un jour de ma grossesse.

    RépondreSupprimer
  37. Bonjour qur de vérités sur ce blogiciel je me revois comme vous à hôpital comme un zombie ma famille me comprenez pas et mon mari étais desemparer création il y a 7 ans maintenant enceinte de 4 semaines sa recommencé j'espère inchalalLa pas comme la prémiéré grosseses car la je suis seul mon mari est en déplacement pendant 3 mois etu je dois m'occuper de ma fille se 7 ans j'espère sa ira

    RépondreSupprimer
  38. Enfin j ai trouvé une femme presque comme moi ,je suis persuadee que ma grossesse était plus difficile je mangais rien vraiment rien,je buvais pas et bien je vomissais tout le temps,j pouvais pas avaler les médicaments ,j pouvais pas voir la télé,j pouvais pas brosser mes cheveux ,j pouvais pas prendre ma douche,je m souviens qu au meme jour j ai vu deux gynécologues et ils me disaient que c psychique vu que je suis au Maroc ,les médecins s intéressaient qu à la sante de bébé et moi non,j ai resté comme ça trois mois après j ai décidé d avorter et dès que j ai fait l avortement j ai repris ma vie après une année j ai tombé enceinte tjrs le même cas mais cette fois j ai patienté qu un mois et j ai avorté mtn je suis complexée de tomber enceinte,je prends tjrs microdiol depuis 5ans et j accepte ma vie sans bébé

    RépondreSupprimer