mercredi 24 décembre 2008

Le donormyl

J'ai connu ce traitement grâce à un site de femmes enceintes Québécoise. Au début je vomissait mes tripes et je ne savait plus quoi faire, j'ai testé tous les traitements qu'on nous propose en France sans succès. Puis elles m'ont parlé du Diclectin.

Je vais donc commencer par vous présenter les sites référents canadiens:

http://www.sos-nausees-de-grossesse.org/index.html
http://www.diclectin.com/francais/
Ces 2 sites sont très complets, il faut vraiment fouiller dedans et ils apporte pour ainsi dire toutes les réponses aux questions que l'on peu se poser, excepter les contre-indications ( il faut se rappeler que là-bas le médicament est uniquement sur ordonnance) . Ne pas hésiter à lire dans le second la partie patiente et professionnels de la santé.
Maintenant pour les sites français: Le Diclectin ne peu pas être obtenue en France, il est prescrit au canada et ne sort pas du canada.
Le Diclectin est une combinaison de 10 mg de succinate de doxylamine ( donormyl en france) et de 10 mg de chlorhydrate de pyridoxine (vitamine B6 ) .
Un dernier:
http://www.motherisk.org/women/forum_question.jsp?forums_id=1760

Il y a bientôt 4 ans lors de ma première grossesse, le donormyl commençais à peine à être connu et utilisé. Aujourd'hui il existe de plus en plus de références internet sur le sujet dans les protocoles d'hopitaux Français. Mais le Donormyl est très méconnu, peu et mal, voir très mal utilisé. Certains médecins ne souhaitent pas le recommander car il n'as pas l'AMM dans cette indication en France. Il est donc nécessaire de faire des recherches et de montrer à nos médecins que ce traitement est déjà proposé dans de grands hôpitaux Français.

Sites français:

http://www.lecrat.org/article.php3?id_article=56

j'aime beaucoup ce site il dépend de l'hôpital Armand Trousseau de Paris Je vous donne sa page d'introduction en cas de besoin de recherche pour d'autres médicaments pendant la grossesse, c'est un site référent pour les professionnels de la santé:
http://www.lecrat.org/sommaireFR.php3
Par ailleurs j'y ai trouvé d'autres références intéressante sur le Donormyl:
http://www.lecrat.org/article.php3?id_article=133
http://www.lecrat.org/article.php3?id_article=148
protocole de l'hôpital de Toulouse:
http://www.infogyn.com/detail/fiches/02040101.asp
http://www.esculape.com/gynecologie/grossesse_antihistaminique.html
http://www.esculape.com/gynecologie/grossessevomissem.html
Il est dommage de constater que le syndicat national des gynécologues obstétriciens de France ne propose pas ce traitement dans leur liste. Je vous réfère tout de même leur site car il fait référence à d'autres traitements, mais montre aussi qu'en France on se limite beaucoup à des techniques un peu barbare bien qu'il parait parfois efficace à ce que m'as dit une amie sage femme ( isolement) :
http://www.syngof.fr/site/pages/?idl=21&page=283&id_page=452
Quand le médecin de la maternité m'a rencontré il m'a dit qu'il ne me proposerait pas l'isolement, je semblait ne pas en avoir besoin ( ben, oui, même en vomissant mes tripes, je ne me suis pas présentée en femme faible et déprimée).

Quoi qu'il en soit les renseignements contenus dans ce blog visent à renseigner et à sensibiliser. Ils ne prétendent suggérer aucune action ou ligne de conduite médicale. Il est important d'obtenir l'avis d'un professionnel de la santé qui soit en mesure d'évaluer votre situation particulière.

contre-indication et surdosage :

Ce paragraphe me paraît très important a rajouter, enceinte ou pas il y a des effets secondaires possibles à tout traitement, le moindre médicament peu ne pas être accepter par notre corps. Même si le traitement à été noté sécuritaire pour le futur bébé, il existe des contre-indications chez la mère. Car même si on pense à ce qui peu arriver au bébé c'est quand même bien nous qui avalons le traitement!
Je me permet donc de vous reproduire un extrait qui n'est pas de moi mais d'un cas rencontré sur le forum, pour que ce soit claire, je me permet de publier l'extrait tel quel :

"Là je suis enceinte de 4 mois, et je souhaitais mettre en garde non pas pour faire peur mais pour alerter le filles qui prennent du donormyl que certains risques existe, je m'explique :

J'en prend depuis le début de cette grossesse car les nausées ont commencées très fort, tout aller bien cette grossesse ressemblait à la précédente, je vomissais mais rien de grave le donormyl marchais bien (j'en prenais 40mg par jour en 3 prises).

Et puis je me suis rendu compte que je perdais de la force musculaire au niveau d'une jambe, puis des taches bleues sont apparues là ou j'avais ma faiblesse. Plus les jours passés plus j'avais mal et plus il y avait des tâches.

J'ai consulté 2, 3 fois mon doc qui me répondait à chaque fois : "vous savez pendant la grossesse on a toujours des trucs bizarre!" En gros pour lui j'avais rien... Jusqu'au jour ou un matin ma jambe m'a complétement laché, impossible de la bouger, de la plier, je souffrais c'était horrible.

Je suis aller en urgence chez le médecin qui m'a envoyé faire des examens en urgence : doppler, échographie; qui n'a rien montré pas de phlébite, pas de kyste... Et puis en fin d'après midi après avoir bien souffert toute la journée, et en plus inquiète que l'on m'ai rien trouvé,
mon médecin m'apelle en me disant : "j'ai touvé ce que vous avez, arrêter tout de suite le donormyl, vous êtes en train de vous bousillez vos muscles, le donormyl peut entrainer des myolyses""

voici donc la liste de la notice à lire très très attentivement et cela rappelle la nécessiter de consulter régulièrement son médecin :

Conduite à tenir pour les conducteurs de véhicules
- Prévenir les conducteurs de véhicules et utilisateurs de machines du risque possible de somnolence diurne.
- L'association avec d'autres médicaments sédatifs doit être déconseillée ou prise en compte en cas de conduite automobile ou d'utilisation de machines (voir rubrique interactions).
- Si la durée de sommeil est insuffisante, le risque d'altération de la vigilance est encore accru.
DONORMYL : ses contre-indications
CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité connue aux antihistaminiques.
- Antécédents personnels ou familiaux de glaucome aigu par fermeture de l'angle iridocornéen.
- Troubles urétroprostatiques à risque de rétention urinaire.
- Enfant de moins de 15 ans.
DECONSEILLE :
- Allaitement : le passage de la doxylamine dans le lait maternel n'est pas connu. Compte tenu des possibilités de sédation ou d'excitation paradoxale du nouveau-né, ce médicament est déconseillé en cas d'allaitement.
- Eviter la prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool.
DONORMYL : ses précautions d'emploi
MISES EN GARDE :
- L'insomnie peut avoir des causes variées ne nécessitant pas obligatoirement la prise d'un médicament.
- Ce médicament contient 484 mg de sodium par comprimé. En tenir compte dans la ration journalière en cas de régime pauvre en sodium.
- Le succinate de doxylamine, comme tout hypnotique ou sédatif, est susceptible d'aggraver un syndrome d'apnées du sommeil préexistant (augmentation du nombre et de la durée des apnées).
- RISQUE D'ACCUMULATION :
Comme tous les médicaments, le succinate de doxylamine persiste dans l'organisme pour une période de l'ordre de 5 demi-vies (voir rubrique propriétés pharmacocinétiques).
Chez des personnes âgées ou souffrant d'insuffisance rénale ou hépatique, la demi-vie peut s'allonger considérablement. Lors de prises répétées, le médicament ou ses métabolites atteignent le plateau d'équilibre beaucoup plus tard et à un niveau beaucoup plus élevé. Ce n'est qu'après l'obtention d'un plateau d'équilibre qu'il est possible d'évaluer à la fois l'efficacité et la sécurité du médicament.
Une adaptation posologique peut être nécessaire (voir rubrique posologie et mode d'administration).
- SUJET AGE :
Les antihistaminiques H1 doivent être utilisés avec prudence chez le sujet âgé, en raison du risque de sédation et/ou de sensations vertigineuses qui peuvent favoriser les chutes (par exemple en cas de lever nocturne), avec des conséquences souvent graves dans cette population.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- SUJET AGE, INSUFFISANT RENAL OU HEPATIQUE :
On observe une augmentation des concentrations plasmatiques et une diminution de la clairance plasmatique. Il est recommandé de diminuer la posologie.
- Grossesse : compte tenu des données disponibles, l'utilisation de la doxylamine est possible au cours de la grossesse quel qu'en soit le terme. En cas de traitement en fin de grossesse, tenir compte des propriétés atropiniques et sédatives de cette molécule pour la surveillance du nouveau-né.
DONORMYL : Ses interactions
ASSOCIATION DECONSEILLEE :
Alcool :
Majoration par l'alcool de l'effet sédatif de l'antihistaminique H1. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
Eviter la prise de boissons alcoolisées et de médicaments contenant de l'alcool.
ASSOCIATIONS A PRENDRE EN COMPTE :
- Atropine et autres substances atropiniques : antidépresseurs imipraminiques, antiparkinsoniens anticholinergiques, antispasmodiques atropiniques, disopyramide, neuroleptiques phénothiaziniques.
Addition des effets indésirables atropiniques à type de rétention urinaire, constipation, sécheresse de la bouche...
- Autres dépresseurs du système nerveux central : dérivés morphiniques (analgésiques, antitussifs et traitements de substitution), neuroleptiques ; barbituriques ; benzodiazépines ; anxiolytiques autres que benzodiazépines ; antidépresseurs sédatifs (amitriptyline, doxépine, miansérine, mirtazapine, trimipramine) ; antihistaminiques H1 sédatifs ; antihypertenseurs centraux ; autres : baclofène, pizotifène, thalidomide.
Majoration de la dépression centrale. L'altération de la vigilance peut rendre dangereuses la conduite de véhicules et l'utilisation de machines.
DONORMYL : Ses incompatibilités
Sans objet.

En cas de surdosage
- Les premières manifestations de l'intoxication aiguë sont une somnolence et des signes de la série anticholinergique : agitation, mydriase, paralysie de l'accommodation, sécheresse de la bouche, rougeur de la face et du cou, hyperthermie et tachycardie sinusale. Délire, hallucinations et mouvements athétosiques sont plus souvent observés chez les enfants ; ils annoncent parfois la survenue de convulsions qui sont des complications rares d'intoxications massives. Même en l'absence de convulsions, l'intoxication aiguë par la doxylamine est parfois responsable d'une rhabdomyolyse qui peut se compliquer d'une insuffisance rénale aiguë.
Cette atteinte musculaire n'est pas exceptionnelle, ce qui justifie son dépistage systématique par la mesure de l'activité de la créatine phosphokinase (CPK).
- Le traitement est symptomatique. Lorsque la prise en charge est précoce, l'administration de charbon activé (50 g chez l'adulte, 1 g/kg chez l'enfant) est souhaitable.

DONORMYL : ses effets indésirables
- Effets anticholinergiques : constipation, sécheresse buccale, troubles de l'accommodation, palpitations cardiaques.
- Somnolence diurne, qui nécessite une réduction de la posologie.


Le dosage:

De la même façon cette rubrique est à titre d'information, on ne peu recommander un dosage, on n'est pas médecin, mais quelques renseignements sont nécessaire avant de pouvoir se dire: çà ne marche pas!
La répartition des prises, le moments ou doivent être pris le traitement et le dosage lui même varie d'une femme sur l'autre et d'une grossesse sur l'autre.
De mon avis personnel, l'effet retard du diclectin ne se retrouve pas dans le donormyl. Il y a un temps d'absorption malgré tout pendant lequel le traitement ne peu pas faire effet. C'est donc parfois difficile d'introduire le traitement lorsque l'on vomi tous les 1/4 d'heures.

Le dosage en France : pour être passé par la case maternité avec mon traitement, je sais qu'en France on ne prescrit au maximum que 4 demis comprimés par jours et à vous de vous débrouiller.
Personnellement vous aller le constater j'ai augmenter le dosage, je suis aller fouiller sur les sites canadien ou j'ai vu que dans certains cas ( notamment si ma mémoire est bonne en cas de sur-poids ce qui est largement mon cas) ils faisaient des test en augmentant les doses. J'ai donc pris plus que la recommandation de la maternité, ce que je ne recommande pas malgré tout mais cette décision est très très personnelle ( explication de ma décision: 4 demis ne suffisant réellement pas pour moi, le traitement aurait échoué à ma dernière grossesse si je n'avait pas augmenté)
J'aimerai donc juste vous donner des exemples de dosage qui ont fonctionné chez certaines d'entre nous:

C'est un traitement avec lequel il faut tâtonner. Pour certaine 1/2 cp par jour aux moment le plus difficile de la journée suffit a gérer les nausées et les vomissements pour d'autre il faut plus.
Chacune a sa propre prise et sa propre répartition des moments de prise. On ne peu pas, ou rarement ( se fut le cas pour ma première grossesse) se contenter de la simple prescription 4 demis cp par jour maxi
Pour ma part:

Pour ma première grossesse: 1/2 cp le matin, 1/2 cp le midi, 1/2cp le soir.
je prenait le traitement au début de mon repas. Je vomissait une fois de temps en temps sans nausées au préalable. le traitement gérait à merveille les nausées.
J'ai donc fini par faire une petite modification:
1/2cp le matin, 1/2 le midi, 1/2 à 16h, 1/2 le soir. Et là ce fut radical, magique, je ne vomissait plus, je n'avait même plus de nausées, ma grossesse me semblais normale excepter de longues heures de sommeil ( que j'appréciai). Le sommeil peu provenir aussi du médicament ( il sert de somnifère légé en France rappelons-le) mais vu mais insomnies la fois suivante la grossesse était quand même bien la cause de ma grande fatigue.
quand j'essayai de me sevrer pour voir ou j'en était çà revenait au gallo et il fallait que je remette vite le traitement en place.

Pour ma seconde grossesse:
pas de nausées pas de vomissements, à 1 mois 1/2 je perdait mon bébé ( attention le fait de ne pas avoir de symptômes n'indique pas que la grossesse va mal.

Pour ma 3 ème grossesse:
les nausées ont commencées avant même que je puisse affirmer être enceinte par des tests. J'ai désirer attendre avant de commencer le traitement.
Quand les nausées sont devenues insupportable j'ai commencer 1/2 cp par 1/2 cp en fonction de mes besoins. Puis très vite c'est installé le même programme qu'à ma première grossesse. Et très vite aussi çà n'as pas suffit.
J'ai commencer à décaler les prises
6 heures 1/2 cp
8h petit déjeuner
10h 1/2 cp
12h repas
14h 1/2cp
16h 4 heure
18h 1/2cp
20h repas
puis ayant toujours des problèmes j'ai du augmenter mes prises d'abord celle de 18h puis celle de 14h de 1/2 cp de plus à chaque fois
Je me suis rendu compte qu'en fin de matinée mon petit déjeuner digéré de violentes nausées me prenait ne me permettant pas d'attendre 12h.
Après des recherches je me suis rendu compte que l'hypoglycémie pouvait être à l'origine de violentes nausées. Pas nécessaire de faire un repas qui ne passera pas. 3 bonbons mâchés lentement font l'affaire ( style crocodile, de l'eau et du sucre c'est très bien)
Donc je récapitule:
6heures: 1/2 cp
8 heures petit déjeuner
10 heures 1/2 cp
11heures 3 bonbons
12h repas
14h 1 cp
16h mon 4 heures
18h 1cp
20h repas
ATTENTION: je le rappelle ici j'ai dépassé le dosage Français recommander, ce qui n'est pas conseiller.
J'ai été accro au coca sans caféine le soir??? pourquoi je ne sais pas mais je pouvait manger peu et descendait pas loin de 2 litres. Mais vaut mieux çà que rien qui est pire.
Un petit plus du maalox avant de dormir pour mes brulûres d'estomac.

La diminution

elle doit être progressive, là aussi j'en ai fait l'expérience !

Première grossesse : les vomissements et nausées étant très bien gérés je me disait toujours bon ce doit être fini, je ne voulais pas prendre de médicaments inutilement donc je stoppait net. Et vlan ! Retour vitesse grand V de toute la panoplie, de ce cercle infernal !
Une fois j'ai tenu pendant presque 1 semaine et vraiment rien pas de nausée rien, et d'un coup sans prévenir çà à recommencer. Je me disais : il va bien falloir finir par arrêter. De ce que je lisais il faut éviter de le prendre jusqu'au bout pour sevrer aussi le bébé avant la naissance. Mais rien n'y a fait dès que j'arrêtais c'était le grand galop tout revenait comme avant. J'en discute donc dans mes dernières visites obstétricale, mais ma gynéco n'y voit pas d'inconvénient.
15 jours avant j'arrive à arrêter sans reprise des vomissements, ouf !. Je pensait qu'il ne me restait que 8 – 10 jours avant d'accoucher mais ayant dépasser le terme ! Je me disait donc que ce serait supportable.
Bon pour le jours de l'accouchement, vomissements évidement, mais je ne savait pas que la respiration du petit chien ne devait pas se faire car elle hyperventile et redéclanche des vomissements, pas de bol ! Mais quoi qu'il en soit vomir en accouchant n'est pas une rareté.

Dernière grossesse : Je n'ai jamais au grand jamais essayé d'arrêter. Les nausées étaient présentent et me disait trop bien combien j'allais déguster en cas d'arrêt brutal ! Donc j'ai malgré tout diminué ¼ de cp par ¼ de cp. Ce qui as été efficace, je sentait très bien la limite. Je voulais en prendre le moins possible donc je diminuait et j'essayais de tenir 5-6 jours au moins avec ma diminution avant de rediminuer encore. Bref j'en ai pris jusqu'au bout en plus cette fois j'ai accoucher 13 jours avant.

Par expérience de ce que j'ai vu l'arrêt brutal est souvent un échec et il est plus difficile d'enrayer les choses une fois qu'elles recommencent, mieux vaut une bonne diminution, jusqu'à l'arrêt si nécessaire qu'un échec total.

L'hygiène de vie

elle doit malheureusement être parfois assez irréprochable. La fatigue est une des pire ennemie, que l'on fasse des insomnies ou que l'on dorme 18h/24 ( jai là aussi fait les deux). J'ai constater à mes dépends que regarder un film que je tenait à voir et me coucher plus tard entrainait un retour des vomissements. Pareil souffrant d'insomnie à ma dernière grossesse, j'ai tester une fois le yaourt à 4 heures du matin, et bien non, le dosage du soir doit tenir jusqu'au lendemain et pas question de remettre la digestion en route.
Bref en cas de grossesse difficile notre corps est une machine bien capricieuse dont nous ne sommes plus maître ! Soit on obéi soit on paie, et la note est lourde. C'est difficile de se sentir déposséder, heureusement ce n'est que 9 mois !

Maintenant parlons sorties, çà me paraît indispensable, enfin pour moi çà l'as été. Dans les pires moments je sortait. Quand une journée commençait mal et bien je me forçait a sortir. L'envie dans tout çà, et bien on rêve de son canapé et d'agoniser tranquillement, voir parfois de déprimer. Oui la déprime s'installe elle aussi vitesse grand V, et sans qu'on l'invite, mais elle fait partie de la spirale infernale des vomissements.
Alors me direz vous comment sortir ??? Et bien à pieds ou en voiture. Éviter les rayons alimentation car on se sent comme une vrai anorexique, la vue de la nourriture vous fait mal jusqu'au bout des doigts ( j'aurai jamais cru çà possible dans mon cas). Aller au parc, en ville, sortez, oxygénez-vous, voyez des amis, même si c'est votre dernière envie, bouger !!! çà paraît plus facile à dire qu'à faire, hun ! Équipez vous sopalin et sacs plastiques, un peu d'eau pour se rincer la bouche...
Je me rappelle de sorties familiale ou je vomissait derrière chaque arbre. Ou avec ma grande dans la voiture, avant de rentrer dans un magasin d'ameublement je lui disait, reste dans la voiture, je reste à côté, je vomi un coup et on y va, même aujourd'hui je regarde les arbres de mon quartier et çà évoque des souvenirs...


réflexion personnelle

est ce que je recommanderai ce médicament à toute femme enceinte, non, non et non !
Dans mon cas il en allait de la survie de mon bébé et de la mienne. Ce n'était pas un médicament de confort ( je croit qu'on le propose en médicament de confort au canada, juste pour les nausées, à chacun de voir). Je n'ai jamais été hospitalisée car dans mon cas le traitement a fonctionné suffisamment pour que j'évite toujours de justesse la déshydratation. Je reconnais largement la nécessite de l'hospitalisation quand c'est nécessaire, il ne faut pas jouer avec sa vie et attendre que ce soit trop tard. Il est normal de vomir en étant enceinte, mais c'est anormal quand on ne peut même plus boire. Je vomissait au ¼ d'heures sans traitement et çà me réveillait la nuit.

Pourquoi avoir fait ce choix, le donormyl me paraissait sur pour mon bébé et c'est ce qui compte. Maintenant comme toute future maman je me soucis de la vie de mon enfant. On as trop vu des cas comme les filles du dystilbène... et la polémique médicament gronde en France, faut être honnête, çà fait peur. Maintenant dans MON cas, le choix était le suivant : mon médecin traitant ne faisant rien et disant que çà allait être l'hôpital, il fallait réagir, trouver ce qui me paraissait être le moins nocif. On as beau vous dire que les vomissements n'ont pas d'impact sur le bébé, je ne suis d'accord que jusqu'à un certain point. Si on vous dit de vous alimenter correctement pendant la grossesse, il y a bien une raison. Et puis arriver à un certain point c'est la vie des deux qui est en jeux.
Je me suis dit et si il y avait un risque pour mon bébé et qu'on ne le découvre que dans 20 ans ! Et bien après mûre réflexion, c'est une question de survie, je préfère prendre le risque que l'on vive toutes les 2, je ne regretterait jamais de lui avoir donner la vie !

On recommence, ben oui avant mettre bébé en route c'est la même question avec une réflexion supplémentaire et si çà recommence ? La première fois, on ne peu pas savoir alors on se dit c'est la meilleurs option prendre ! Mais la seconde fois on est avertie, çà parait être un risque.
C'est vrai c'est un risque à prendre, ce n'est pas innocent on risque de reprendre un traitement toute la grossesse et à nouveau prendre des risque. C'est vrai mais heureusement certaines ne sont pas malade à chaque grossesse, alors on espère, on est mieux préparée ( çà c'est ce qu'on pense, ce ne fût pas mon cas au finale vu que la première fois c'est finalement bien passée, j'étaie très confiante et bien j'étaie déçue). On peu se dire j'en ferai pas d'autre, je ne reprendrai pas de risque, mais çà c'est à chacun de voir !
Quoi qu'il en soit, je ne regrette pas mes deux filles, elles sont pétantes de santé, rarement malade. Ce sont mes deux merveilles !

8 commentaires:

  1. Merci ponobie pour tes infos si precieuses

    RépondreSupprimer
  2. Un grand merci! Après lecture attentive de toute la littérature citée sur ce site, et autres ... J'ai pris cet aprem mon 1er cachet, et depuis qques heures : je revis !
    Je me sens normale, et comme je suis en tout début de grossesse (malade depuis 1 semaine) : je reprends le moral à l'idée de ne pas avoir à me trainer dans cet état durant 3 ou 4 mois.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    enfin quelqu'un qui parle de ce problème que les gynéco français nient (pour ma part). J'ai découvert le donormyl et cela m'avait fait revivre. Les canadiens sont bien plus avancés que nous à ce sujet.
    Merci pour ce blog qui me réconforte.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, je découvre ton expèrience avec grand intérêt..Je vis la grossesse de mon 8 ème enfant. Pour tous, j'ai été malade jusqu'au 4 ème environ. l'année dernière, je suis tombée enceinte, rien, juste mal aux seins, et le bébé est parti vers 2 mois et demi...Pour cette nouvelle grossesse, je n'ai jamais été aussi mal...J'ai des nausées sans cesse et la nuit c'est affreux...Moi, si active, j'ai la sensation de me perdre, j'ai beaucoup de mal à assurer les enfants et ma maison..J'ai donc décidé de prendre du Donormyl et de la vitamine B6. J'ai commencé ce midi. En combien de temps, le traitement agît il sur les nausées pour toi? A nouveau, je voulais te remercier pour ton beau partage!:o) Merci par avance.

    RépondreSupprimer
  5. je suis contente d'avoir decouvert ton blog, tres utile! sache que moi et mon mari avons pris la decision d' avorter a cause des nausées gravidiques! IL Y A TROIS ANS SE FUT TRES DUR APRES! depuis il faut savoir que j'ai la maladie de basedow que j'avais surement avant mes deux grossesses car j'avais fait une fc avant la deuxieme. a l'epoque aucun soutien medical, l'horreur, on me prenait meme pour une folle! aujourd'hui avec du recul et bcoup d'espoir car je sais que les nausées sont bcoup plus fortes avec la maladie de basedow, je suis plus sereine, car je vois les choses sous un autre angle.(je traite ma thyroide,je lis les temoignages sur le donormyl comme le tien) merci pour toutes les infos de ton blog.je garde espoir...et me sens moins perdue qu'il y a 3 ans

    RépondreSupprimer
  6. Quelle bonne idée d'envoyer des doses d'hypnotiques à son cher bébé !

    Bravo mesdames ! C'est ce qu'on peut appeler de la r-e-s-p-o-n-s-a-b-i-l-i-t-é.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est vrai que vomir tous les quarts d'heure, perdre des kilos quand on devrait en prendre, ne plus pouvoir s'alimenter, ça n'est pas mettre la vie de son bébé en danger ? Sans deconner, quand on a pas vécu, on se tait... Surtout pour dire ce genre de propos soit-disant bien pensant... Mais surtout méprisant... Bref, pour dire ça, mieux vaut économiser son temps...

      Supprimer
  7. Bonsoir,

    Je suis a 2 mois de grossesse (la seconde). J'ai comme pour la première des vomissements et nausées 24h/24. Je viens de commencer le donormyl et ça va un peu mieux déjà. Je ne pouvais plus rienfaire et je restais allongée toute la journée. J avais déjà perdu 4kg, je ne suis pas trop épaisse déjà. Aujourd'hui, j'ai pu un peu manger et srtt boire, ce qui est pas négligeable. Il n y a que les personnes qui l ont vécues qui peuvent comprendre, les autres nous traitent de petites natures. Et bien non!!! Au contraire nous sommes très fortes de supporter cela. Nous avons plus de mérite justement. Pour le donormyl n hésitez pas a en parler a votre médecin et a faire connaître ce traitement afin justement de faire avancer les choses a cesujet.

    RépondreSupprimer